Zoothérapie

Qu'est-ce que la zoothérapie?

La relation que les humains ont développée avec les animaux dans un processus thérapeutique a énormément évolué au cours des 20 à 30 dernières années. L'affection que les animaux nous prodiguent et leur amour inconditionnel sont des choses maintenant reconnues comme bénéfiques. Par leur présence et leur interaction, les animaux peuvent nous faire beaucoup de bien, au point de nous soutenir dans le processus de réhabilitation en santé mentale.

Toute séance de zoothérapie comporte trois éléments : un thérapeute, un animal et un client ou patient. Le thérapeute doit nécessairement avoir reçu une formation reconnue afin de pouvoir pratiquer la zoothérapie. Quant à l'animal, il doit être sélectionné et entraîné afin de pouvoir être utilisé à des fins thérapeutiques.  

Il est important de noter que l'animal n'est pas un thérapeute, mais plutôt un assistant dans la thérapie ou un outil thérapeutique. Les avantages de cette approche thérapeutique sont nombreux. Les animaux offrent de l'amour inconditionnel, de l'affection, sont rassurants et encouragent le contact social. Ils créent un environnement dans lequel une personne se sent aimée et en sécurité, ce qui favorise son bien-être. L'animal ne juge pas et n'a pas d'attente; on peut donc dire qu'ils servent de « catalyseur » ou accélérateur de la guérison.

Malgré le fait qu'il existe peu de recherches cliniques sur le sujet, les bienfaits de la zoothérapie sont connus et continuent de faire leur preuve. L'objectif de l'intervention en zoothérapie est l'amélioration du bien-être psychologique, physique, affectif, cognitif ou social, selon les besoins spécifiques du client.

Quelles sont les caractéristiques de la zoothérapie?

Le choix d'un animal varie selon la préférence individuelle du client et des besoins thérapeutiques. On peut utiliser toutes sortes d'animaux dans le cadre d'une zoothérapie, tant que ceux-ci sont entraînés dans le but d'être utilisés en thérapie; l'animal doit être présenté par un thérapeute formé afin de s'assurer d'obtenir les résultats escomptés. Le but principal étant de créer un lien significatif.

Parmi les animaux les plus utilisés, on compte les animaux suivants :

  • Chiens;
  • Chats;
  • Chevaux;
  • Perroquets;
  • Oiseaux;
  • Autres.

Étant donné la nature flexible de la zoothérapie, cette approche thérapeutique peut être utilisée pour traiter toutes sortes de troubles. Dépendamment des objectifs, l'animal utilisé ne sera pas le même.

Par exemple, le chien est souvent utilisé auprès d'une clientèle atteinte de dépression, étant donné que cet animal offre beaucoup d'affection et d'amour inconditionnel. Néanmoins, on favorise plutôt des reptiles ou des rats dans le cadre d'une thérapie pour adolescents souffrant de troubles du comportement.
Comme il est défini par la Corporation des zoothérapeutes du Québec, l'animal ne juge pas et n'a pas d'attente. Il est :

  • une source d'affection inconditionnelle;
  • une incitation naturelle à l'authenticité et à la spontanéité;
  • une présence apaisante et sécurisante;
  • un facteur de motivation, de concentration et d'attention;
  • un facilitateur social;
  • un miroir;
  • un partenaire thérapeutique (et non un thérapeute).

Voici quelques exemples de troubles de santé mentale pouvant être traités avec de la zoothérapie :

  • Troubles anxieux;
  • Dépression;
  • Phobies;
  • Autisme;
  • TDA;
  • Troubles du comportement;
  • Troubles alimentaires.

Voici quelques bienfaits de la zoothérapie :

  • La concentration et l'attention;
  • La communication;
  • La conscientisation du corps et la stimulation sensorielle;
  • L'expression et la gestion des émotions;
  • La création d'un lien significatif;
  • L'estime de soi;
  • La socialisation;
  • L'autonomie;
  • La relaxation et le bien-être.

Il peut également aider à réduire ou à exprimer :

  • L'agressivité;
  • L'agitation ou d'autres comportements perturbateurs;
  • L'isolement;
  • Le stress et l'anxiété;
  • Le sentiment d'insécurité.

Il existe plusieurs types de ressources pouvant fournir différents types de services, en partant d'une intervention ponctuelle, d'une consultation individuelle ou en groupe, de formations jusqu'à l'implantation de programmes pour mettre à contribution les nombreuses qualités des animaux, le tout ayant comme objectif d'améliorer le bien-être de gens malades, isolés ou vulnérables.

Chaque client est unique et mérite qu'on s'attarde à ses capacités, son potentiel et ses besoins particuliers. Les actions posées par un zoothérapeute visent à continuellement adapter la thérapie à la réalité et à l'évolution de son client; son bien-être et sa sécurité sont la pierre angulaire du traitement.

Déroulement d'une séance
Lorsque tu fais une demande, l'intervenant débutera par une évaluation de tes besoins afin de faire l'élaboration d'un programme en ligne avec tes préoccupations pour te fournir une offre de services adaptée à ta réalité.

L'intervenant, après avoir eu accès à ton dossier médical, pourra fixer des objectifs et des stratégies d'intervention, pour ensuite faire la rédaction du rapport d'intervention.

Étant donné l'énorme variété d'animaux qui peuvent être utilisés dans le cadre d'une séance de zoothérapie, ainsi que tous les types de troubles pouvant être traités, il n'existe pas de séance « typique » de zoothérapie.

Néanmoins, il est recommandé de discuter du contenu de la séance et, possiblement, de discuter de tout sujet sur lequel tu souhaites t'exprimer.

Dans une séance de zoothérapie, l'animal peut être un outil direct (ex. : le client fait des exercices de relaxation ou même de communication verbale et non verbale avec l'animal), ou un outil indirect (ex. : l'animal sert tout simplement à créer une atmosphère détendue dans laquelle le client se sent à l'aise de s'exprimer). Il est aussi possible de jouer avec l'animal, de le brosser, de le tenir dans ses bras et plus encore.

L'intervention en zoothérapie peut se faire en groupe ou en séance individuelle, de même que dans divers endroits, selon les disponibilités, tels qu'en domicile, en bureau privé, en clinique, à l'école ou à l'hôpital. La zoothérapie n'est pas un traitement, mais un accompagnement vers un mieux-être. Elle ne remplace pas une autre approche thérapeutique; elle est complémentaire et s'intègre facilement à un suivi multidisciplinaire.

Si tu es une personne qui aime les animaux et qui se sent bien en leur présence, la zoothérapie pourrait être une approche thérapeutique qui correspond à tes besoins. L'animal assistant le thérapeute sera choisi selon tes besoins spécifiques.

Si tu souhaites suivre une thérapie en utilisant la zoothérapie, tu peux consulter notre répertoire des professionnels pour trouver un thérapeute qui te convient.

Quel est l'historique de la zoothérapie?

  • 1792 : Les résidents de la maison de retraite York, soit des déficients intellectuels, sont encouragés à apprendre à prendre soin des animaux domestiques présents.
  • 1867 : L'Hôpital Bethel pour personnes atteintes d'épilepsie est instauré. Non seulement cet hôpital possède une ferme et un parc sauvage, mais on y développe en plus un programme d'équitation adapté aux patients souffrant d'épilepsie. Cette approche thérapeutique s'est avérée efficace pour la clientèle en question.
  • 1942 : La thérapie assistée par animal fait son apparition aux États-Unis. Plus précisément, des chiens sont utilisés dans le traitement des blessés de guerre; ils sont utilisés, entre autres, pour remonter le moral de ces derniers.
  • 1953 : Boris Levinson, un psychiatre américain, remarque que son jeune patient autiste réagit positivement lorsque le chien de Levinson est présent durant la consultation. Il développe en 1961 une théorie nommée Pet Facilitated Psychotherapy (psychothérapie facilitée par l'animal). De ce fait, Levinson est considéré comme étant le père de la zoothérapie.
  • 1983 : L'Institut canadien de zoothérapie à Montréal est fondé par le docteur Vaillancourt et Caroline Maranda-Bouchard. Le terme « zoothérapie » prend naissance et est créé par madame Maranda-Bouchard.
  • 1985 : L'Hôpital Douglas instaure le service de thérapie assistée par l'animal et continue cette approche thérapeutique jusqu'à maintenant. Ce département travaille étroitement avec l'aide d'une variété d'animaux (ex. : chats, chiens, lapins, furets, gerboises, dégus, cacatoès et autres).

    La clientèle est constituée d'enfants, d'adolescents, d'adultes et de personnes âgées souffrant de problématique en santé mentale. L'Institut Douglas travaille de concert avec les organismes suivants : Mira, Hôpital Sacré-Cœur, Hôpital Rivière-des-Prairies, Zoothérapie Québec. En plus de fournir les services auprès des patients, elle fournit des informations sur cette thérapie, enseigne et forme les psychologues, psychiatres, éducateurs spécialisés, psychoéducateurs et infirmières. Elle peut également former les animaux pour les cas de santé mentale. L'Institut Douglas est un joueur important au Québec dans la zoothérapie.

  • En 1988 : l'école Zoothérapie Québec prend naissance et suite à une évolution rapide, l'organisme dessert maintenant près de 80 établissements du réseau de la santé et de l'éducation.
  • En 1994 : Caroline Maranda-Bouchard fonde l'Association internationale de zoothérapie et publie, en 1995, un livre intitulé Les effets bénéfiques des animaux sur notre santé, paru chez Albin Michel.

Formation
Présentement, il n'est pas obligatoire d'avoir suivi une formation en zoothérapie pour être zoothérapeute, mais c'est généralement recommandé.

Au public, il est possible de faire une Attestation d'études collégiales en stratégies d'intervention en zoothérapie. Au privé, au Québec, trois écoles offrent des formations en zoothérapie : Zoothérapie Québec, l'École internationale de zoothérapie à Montréal et l'Institut de zoothérapie du Québec, à Québec.

À l'École internationale de zoothérapie, une formation de base comprend 1000 heures de cours, thérapies, cours appliqués, séjours intensifs d'intégration de fin d'année, période de « Pratique-Études » et stage. La formation continue comprend 38 heures de cours et de pratique.

En plus d'une solide formation, plusieurs intervenants possèdent de l'expérience en psychologie, en travail social, en éducation spécialisée, en psychoéducation ou en comportement animal.

L'entraide et l'ouverture à l'autre sont des facteurs qui augmentent l'impact positif des interventions sur la santé et le bien-être des personnes, et être sensible à soi-même et aux autres sont des qualités personnelles importantes chez un intervenant.

Tout zoothérapeute doit nécessairement avoir une passion pour les animaux et de l'expérience avec ces derniers et doit être en mesure de s'assumer face à l'animal. Principalement, il doit avoir un désir profond d'aider des personnes autant en souffrance psychologique qu'en toxicomanie.

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Arenstein, G.-H. (2013). Zoothérapie : quand l'animal devient assistant-thérapeute. Saint-Sauveur, QC : Marcel Broquet.
De Palma, M. (2012). Entre l'humain et l'animal : la zoothérapie. Montréal, QC : Éditions Québécor.
http://www.zootherapie.ca/2008/index.html
http://zootherapiequebec.ca/
http://corpozootherapeute.com/index.shtml
http://www.metiers-quebec.org/sociaux/zootherapeute.htm

PARTAGER