Vie étudiante

Quel est le lien entre la vie étudiante et la santé mentale?

Si tu es à l'université, tu as probablement remarqué qu'il arrive à certains de tes collègues de classe d'être stressés et il t'arrive probablement de ressentir cela de temps à autre aussi à cause des travaux et des examens. En réalité, les études sur le stress indiquent que la population universitaire est celle avec le plus haut niveau de stress, comparativement aux autres tranches d'âge. Cette caractéristique est inquiétante puisque les personnes soumises à de grandes quantités de stress sont plus à risque de développer des problèmes de santé mentale.

Vie étudiante et stress
Une première source de stress chez les étudiants universitaires est l'argent. Il est très fréquent que ces derniers se voient obligés de s'endetter pour pouvoir payer leurs études et parfois d'autres coûts de vie, tels le loyer, la nourriture et le transport en commun. Des études ont montré que les étudiants inquiets pour des raisons financières étaient plus tendus et anxieux, et avaient de la difficulté à dormir convenablement.

Afin de minimiser leurs dettes, certains étudiants choisissent de travailler alors qu'ils sont à l'université; pourtant, des chercheurs ont trouvé que la conciliation travail-école se fait difficilement chez les étudiants, et le travail empêche parfois ces étudiants d'avoir une vie sociale et de se joindre à des clubs universitaires. De plus, ils ont aussi indiqué que travailler tout en étant à l'école est associé à une baisse des notes scolaires. Il s'agit d'avoir un bon équilibre entre le nombre d'heures consacrées à travailler à l'extérieur, les cours et les travaux à remettre et une vie sociale.

Une deuxième source de stress importante chez les étudiants universitaires est le fait qu'il faut s'adapter au nouvel environnement qu'est le milieu universitaire. Certains étudiants vont en appartement pour la première fois à ce moment-là, sont éloignés de leurs familles et aux environnements familiers, doivent se faire de nouveaux amis et doivent s'habituer aux nouveaux styles d'enseignement et d'évaluation.

Les conséquences de ces niveaux élevés de stress sont néfastes. Une étude, par exemple, a révélé que les difficultés financières augmentaient les niveaux d'anxiété et de dépression sur les étudiants en plus d'affecter leur performance scolaire. De plus, ces sentiments sont associés à des comportements à risque, tels qu'avoir des activités sexuelles sans moyen de contraception, se battre physiquement et fumer.

Vie étudiante et soutien social
Le soutien social est un élément crucial pour gérer le stress vécu à l'université et maintenir une bonne santé mentale non seulement au cours des études universitaires, mais aussi tout au long de la vie. À l'université, un bon soutien social est associé à une meilleure santé mentale, l'achèvement des études universitaires, ainsi que de meilleures notes.

Une forme de soutien social à laquelle on peut avoir accès à l'université est les services de consultation psychologique. Ceux-ci sont gratuits et confidentiels, et peuvent être une excellente ressource en cas de besoin. Dans une étude menée sur l'utilité des services psychologiques à l'université, les étudiants ayant utilisé ces services disaient en être très satisfaits. Plus précisément, ils indiquaient que leurs notes s'étaient améliorées et que le soutien offert leur a permis de continuer à suivre leur programme et ne pas lâcher l'université. Par contre, il a aussi été révélé que certaines personnes n'utilisent pas ces services, malgré un réel besoin, parce qu'ils ont peur d'être stigmatisés ou peur qu'on découvre qu'ils ont besoin de consulter.

Si tu ressens le besoin de consulter un professionnel en santé mentale dans ton établissement scolaire, sache qu'il a l'obligation par la loi de ne pas divulguer ce que tu lui as dit, ni de révéler que tu es allé le consulter. Son rôle est de t'aider. C'est un service gratuit, et comme mentionné précédemment, la grande majorité des élèves qui consultent indiquent que cela leur a été très bénéfique.

Par contre, si tu ressens des symptômes reliés au stress de tes études, aux finances, à l’isolement de ta famille et tes amis d’enfance, prend conscience de ces choses et n’hésite pas à t’ouvrir auprès de tes collègues de classe. Tu verras rapidement que d’autres peuvent ressentir des choses semblables à toi. Plusieurs étudiants doivent se déplacer dans une nouvelle ville ou un nouveau pays et ressentent un grand vide dans leur nouvel environnement. Ensemble vous pourrez trouver des moyens de vous entraidez pour trouver des solutions à votre situation, pour planifier des sorties et activités. Également, en planifiant des périodes d’étude avec d’autres dans les matières plus difficiles t’offrira des opportunités de forger de nouvelles amitiés.

Tu peux également discuter de ceci avec ta famille, elle sera heureuse que tu sois à l’aise de partager tes sentiments avant que ceux ne fassent du tort à ta santé physique et émotionnelle. Ta famille pourra t’offrir le soutien que tu as besoin durant la période de transition difficile que tu vis.

Tu peux aussi, te joindre à des groupes ou des associations qui existent dans ton établissement scolaire et qui partagent des intérêts communs, tel que la photographie, la poésie, le sport d’équipe, courir un marathon en équipe. Tu trouveras à travers ces groupes des gens qui partageront ta passion dans un domaine particulier. T’impliquer dans une activité que tu aimes pourra contribuer à réduire le stress ou l’isolement que tu ressens.

En t’ouvrant auprès des autres tu brises le silence et l’isolement de garder cette pression en dedans de toi. Tu te permets de trouver des pistes de solutions et d’explorer comment remédier à la situation. Dis-toi que souvent de telles situations sont temporaires, qu’il y a des périodes plus stressantes que d’autres et qu’en t’ouvrant auprès des autres tu trouveras les moyens pour y remédier plus facilement.  Regarde cette situation comme une exploration dans un nouvel univers qui t’aidera à te découvrir, à développer tes forces et ta résilience tout en découvrant les autres.

Références
Bovier, P. A., Chamot, E. & Perneger, T. V. (2004). « Perceived stress, internal resources, and social support as determinants of mental health among young adults ». Quality of Life Research, 13(1), 161-170.
Brooks, T. L., Harris, S. K., Thrall, J. S. & Woods, E. R. (2002). « Association of adolescent risk behaviors with mental health symptoms in high school students ». Journal of Adolescent Health, 31(3), 240-246.
Cooke, R., Barkham, M., Audin, K., Bradley, M. & Davy, J. (2004). « Student debt and its relation to student mental health ». Journal of Further and Higher Education, 28(1), 53-66.
Hussain, R., Guppy, M., Robertson, S. & Temple, E. (2013). « Physical and mental health perspectives of first year undergraduate rural university students ». BMC public health, 13(1), 848.
Kitzrow, M. A. (2003). « The mental health needs of today's college students: Challenges and recommendations ». NASPA Journal, 41(1), 167-181.
Mionk, E. M., & Mahmood, Z. (1999). « Student mental health: a pilot study ». Counselling psychology quarterly, 12(2), 199-210.
Roberts, R., Golding, J., Towell, T. & Weinreb, I. (1999). « The effects of economic circumstances on British students' mental and physical health ». Journal of American College Health, 48(3), 103-109.
Whiteman, S. D., Barry, A. E., Mroczek, D. K. & MacDermid Wadsworth, S. (2013). « The development and implications of peer emotional support for student service members/veterans and civilian college students ». Journal of counseling psychology, 60(2), 265-278.

PARTAGER