Trouble relié à la prise de substances (Toxicomanie)

QU'EST-CE QU'UN TROUBLE LIÉ À LA PRISE DE SUBSTANCES (TOXICOMANIE)?

Il est très courant de consommer des substances psychoactives chez les adolescents et les jeunes adultes, substances qui influencent le comportement et la pensée. Il faut toutefois faire attention avec l'utilisation de celles-ci puisque ces substances peuvent avoir des conséquences importantes sur notre état physique, social, personnel et psychologique. Étant donné la soi-disant normalité perçue de la consommation de substances pendant l'adolescence et le début de l'âge adulte, ce n'est qu'une minorité d'adolescents atteints des troubles liés à la substance qui demandent ou reçoivent l'aide adéquate.

Les troubles liés à la prise de substances impliquent de continuer d'utiliser une substance qui altère le comportement et la pensée même si celle-ci génère des conséquences néfastes. Ces types de troubles ont ainsi une influence sur l'état mental et peuvent causer une dépendance psychologique ou physique. Nous parlons de drogues illégales (marijuana, ecstasy, héroïne, cocaïne, hallucinogènes, etc.) et légales (tabac, alcool, médicaments avec ou sans ordonnance, etc.).

Ces troubles se retrouvent chez des personnes de tous âges, de tous les niveaux d'éducation et de tous les niveaux socioéconomiques.

Dans plusieurs cas, la consommation de substances psychoactives peut être une réponse ou une solution que l'on a trouvée pour faire face à des difficultés de vie, telles que des problèmes de couple, des problèmes familiaux, du stress intense, etc., ou à des troubles psychologiques. Une personne qui souffre de phobie sociale, par exemple, pourra consommer beaucoup d'alcool afin de se sentir moins anxieuse pendant les réunions sociales. Maintenant, de plus en plus, les centres de traitements ont identifié cette problématique et visent maintenant le traitement combiné de ces conditions.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU TROUBLE LIÉ À LA PRISE DE SUBSTANCES?

Voici une liste de symptômes typiques des troubles liés à la prise de substances :

  • Ta consommation de substances te cause une grande détresse;
  • Tu remarques que tu as besoin de plus grandes quantités de substances pour avoir les mêmes effets qu'auparavant;
  • Tu fais des efforts pour réduire ta consommation, mais ça ne fonctionne pas;
  • Tu passes beaucoup de ton temps à planifier comment acquérir et consommer les substances;
  • Tu as des désirs forts d'en consommer;
  • Tu n'arrives pas à accomplir des tâches quotidiennes, telles que travailler ou étudier, à cause de ta consommation;
  • Tu continues à consommer, bien que tu aies déjà eu plusieurs conséquences négatives associées, telles que des conflits ou des difficultés avec les collègues au travail;
  • Tu as réduit tes activités quotidiennes, telles que les sorties avec des amis ou le travail, à cause de ta prise de substances;
  • Lorsque tu essayes de ne pas consommer, tu te sens irrité, tu transpires, tu n'arrives pas à dormir, tu as mal à la tête, tu trembles, tu as de la difficulté à respirer, tu as la nausée, tu vomis.

Il est important de noter que cette liste est présentée à titre informatif seulement. Elle ne permet, en aucun cas, d'établir un diagnostic et ne remplace pas la consultation professionnelle.

Si tu considères avoir certains de ces symptômes, il est prudent de consulter ton médecin de famille ou un psychologue pour faire une évaluation de ta situation et éviter toutes les conséquences importantes sur ta vie.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE DU TROUBLE LIÉ À LA PRISE DE SUBSTANCES?

Plusieurs facteurs peuvent expliquer pourquoi une personne développe un trouble lié à la prise de substances. En voici quelques-uns :

Facteurs biologiques :

  • Débalancement de neurotransmetteurs dans le cerveau : Plusieurs substances, telles que la nicotine, l'alcool, l'héroïne, la cocaïne et l'amphétamine, altèrent le niveau du neurotransmetteur de dopamine (souvent lié à la sensation de plaisir) dans le cerveau. Prendre ces substances régulièrement empêche la production normale de dopamine, ce qui fait en sorte que sans la substance, la personne n'est plus capable de la produire normalement;
  • Génétique : Certains gènes pourraient augmenter les chances de développer un trouble lié à la prise de substances. Plus on a quelqu'un de proche dans la famille qui est atteint de ce trouble, plus on a de chances de le développer. Certains groupes ethniques, tels que les premières nations, sont plus à risque de développer un trouble lié à la prise de substances, et particulièrement de l'alcoolisme;
  • Âge : On a beaucoup plus de chances de développer un trouble lié à la prise de substances si celle-ci commence avant que la puberté ne soit finie. On a 4 fois plus de chance de développer le trouble si la consommation de la substance débute avant les 15 ans. Pourquoi? La consommation fréquente en jeune âge augmente les chances d'endommager certaines régions du cerveau, particulièrement celles qui contrôlent la planification et le contrôle des émotions, à long terme.

Facteurs psychosociaux :

  • Recherche d'automédication : Plusieurs personnes consomment régulièrement une substance afin de soulager leur détresse (ex. : anxiété, tristesse, etc.). Cela peut devenir une habitude qui augmente les chances de développer le trouble;
  • Personnalité : Les personnes ayant des personnalités plus « explosives » (ex. : aiment le risque, ne se conforment pas facilement, extraverties, agressives) ont plus de chances de développer un trouble lié à la prise de substances;
  • Famille : Les enfants qui ont des parents qui consomment des substances, qui manquent d'encadrement et de constance dans les interactions familiales, ont plus de chance de développer un trouble lié à la prise de substances;
  • Amis : Avoir des amis qui consomment beaucoup peut augmenter le risque de développer un trouble lié à la prise de substances.

On rencontre parfois le trouble lié à la prise de substances avec d'autres psychopathologies (comorbidité), telles que :

  • Les troubles des conduites;
  • La schizophrénie;
  • La dépression;
  • Le trouble bipolaire;
  • Le trouble de personnalité limite;
  • Les pensées et comportements suicidaires.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS DU TROUBLE LIÉ À LA PRISE DE SUBSTANCES?

Le trouble lié à la prise de substances est un trouble qui peut prendre plusieurs années avant d'être complètement traité. Pour ces raisons, une combinaison de traitements est plus favorable au traitement du trouble. En voici quelques exemples :

  • Cure de désintoxication : Permet de passer à travers des symptômes désagréables, tels que les nausées, l'irritabilité et les tremblements, liés à l'arrêt de consommation accompagné de personnel médical;
  • Pharmacothérapie : Plusieurs types de médicaments peuvent être pris pour faciliter l'arrêt de consommation de substances. Ceux-ci doivent être prescrits par un médecin. Ils incluent :
    • Des médicaments créant un dégout envers la substance, tels que Antabuse;
    • Des médicaments qui enlèvent l'envie de consommer la substance, tels que Revia;
    • Des médicaments psychotropes, tels que les antidépresseurs et Zyban;
    • Des substituts de substances, tels que la méthadone;
  • Entretien motivationnel : Ce type de traitement vise à développer une motivation à changer le comportement de consommation chez les personnes atteintes du trouble lié à la prise de substances;
  • Thérapie cognitivo-comportementale : Cette intervention vise à enseigner aux clients à contrôler leurs pensées et comportements liés à la prise de substances ainsi qu'à faire de la prévention pour éviter que la personne fasse une rechute et recommence ainsi à consommer;
  • Groupes d'entraide (ex. : AA) : Ce type de traitement fait partie des thérapies de groupe et vise à aider les personnes qui ont déjà été atteintes du trouble à s'entraider entre elles afin de réduire le risque de rechute.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES POSSIBLES DU TROUBLE LIÉ À LA PRISE DE SUBSTANCES?

Les effets physiques et psychologiques du trouble lié à la prise de substances peuvent être extrêmement dangereux.

Les personnes peuvent :

  • Prendre plus de risques que nécessaire et souffrir des conséquences associées, telles que les accidents de route, des relations sexuelles non protégées qui augmentent le risque de VIH, blessures, etc.;
  • Perdre ou détériorer leurs relations interpersonnelles (ex. : en raison de conflits);
  • Avoir des difficultés scolaires à cause de difficulté à se concentrer pendant les cours, école buissonnière;
  • Avoir des difficultés professionnelles, telles que garder un emploi;
  • Développer des problèmes de santé (ex. : VIH, hépatite, dommages neurologiques permanents);
  • Avoir de sérieux problèmes avec la loi (ex. : arrestations);
  • Développer d'autres troubles psychopathologiques, tels que des épisodes psychotiques ou des troubles de comportement.

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual for Mental disorders, Fifth Edition. Washington, DC : American Psychiatric Association.

Chabrol, H. (2011). Traité de psychopathologie clinique et thérapeutique de l'adolescent. Paris: Dunod.

Despinoy, M. (2010). Psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent (2e ed). Paris: Armand Colin.

Leukefeld, C., Gullotta, T. P. & Staton-Tindall, M. (2010). Adolescent substance abuse: Evidence-based approaches to prevention and treatment (Vol. 9), Springer.

Nevid, J., Rathus, S. & Greene, B. (2011). Psychopathologie (M. Huberdeau, M. Chevrier, L. Blanchette & N. Cormier, Trans.). Upper Saddle River, NJ: Pearson.

Springer, D. W. & Rubin, A. (2009). Substance abuse treatment for youth and adults: Clinician's guide to evidence-based practice (Vol. 1), John Wiley & Sons.

PARTAGER