Trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH)

QU'EST-CE QUE LE TROUBLE DÉFICITAIRE DE L'ATTENTION AVEC HYPERACTIVITÉ (TDAH)?

Le trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est un problème neurologique qui se présente dès l'enfance et qui occasionne des difficultés à contrôler de façon efficace le cours de la pensée (inattention) et les comportements (hyperactivité-impulsivité). La majorité des personnes atteintes conserveront les symptômes après l'âge de 18 ans, ce qui implique que le TDAH n'est pas un trouble que l'on retrouve uniquement chez les enfants. Chez l'adulte, la prévalence du trouble est estimée entre 4 et 5 %.

Bouger un peu trop n'est pas nécessairement de l'hyperactivité et être dans la lune quelques fois ne signifie pas nécessairement qu'on est atteint d'un trouble neurologique. Il est donc normal d'avoir de la difficulté à se concentrer de temps en temps, par exemple lorsqu'il faut accomplir des tâches peu amusantes. Il est également normal de ressentir un besoin de se dégourdir après un certain temps d'inactivité. Cependant, lorsque les symptômes d'inattention et d'hyperactivité-impulsivité sont présents en trop grand nombre, qu'ils envahissent plusieurs domaines de la vie et qu'ils entrainent des conséquences négatives importantes, il est possible qu'un TDAH soit en cause.

Dans plusieurs contextes, comme à l'école ou au travail, il est important d'être capable de demeurer attentif et de se concentrer sur de longues périodes de temps, sans bouger ou s'agiter. En raison de leurs symptômes d'inattention et d'hyperactivité-impulsivité, les personnes avec un TDAH doivent constamment fournir des efforts importants pour performer dans ces contextes. Il est donc peu surprenant que ces personnes s'épuisent en essayant de compenser leurs symptômes et qu'ils aient constamment l'impression de performer moins bien que les autres. Cela peut contribuer à une plus faible estime de soi, ce qui peut amener d'autres problèmes tels que la dépression, l'anxiété, les troubles liés à la prise de substances et les problèmes relationnels à long terme.

Certains experts mentionnent également que lors du passage de l'enfance à l'âge adulte, les symptômes liés à l'hyperactivité et à l'impulsivité ont tendance à diminuer davantage et plus rapidement que les symptômes d'inattention. Ainsi, il semble qu'avec l'âge, c'est surtout l'inattention qui persiste. La bougeotte devient plus intériorisée et l'impulsivité devient mieux contrôlée. Cependant, cette tendance peut varier d'une personne à l'autre.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DU TDAH?

Le TDAH se manifeste chez les adolescents et les jeunes adultes de façon différente que chez les enfants. Voici une liste de symptômes potentiels chez les jeunes adultes :

Difficultés attentionnelles :

  • Tu as de la difficulté à suivre de longues conversations;
  • Tu manques les rendez-vous, tu les oublies ou tu y arrives en retard;
  • Tu égares ou oublies des choses (ex. : clés, portefeuille, achats, etc.).

Bougeotte motrice :

  • Tu as la bougeotte;
  • Tu t'agites discrètement par des mouvements des mains et des pieds;
  • Tu éprouves de la difficulté à rester en place durant un cours, une réunion, devant un film;
  • Tu t'ennuies ou tu t'endors lorsque tu ne te sens pas suffisamment stimulé;
  • Tu deviens anxieux ou tendu lorsque tu dois rester immobile;
  • Tu recherches des loisirs ou des emplois qui bougent;
  • Tu recherches des sensations fortes qui brisent la routine (ex. : sports extrêmes, vitesse, jeux excessifs).

Difficultés d'organisation :

  • Tu éprouves des difficultés à t'organiser dans le quotidien et à planifier à long terme;
  • Tu agis à la dernière minute ou tu es souvent en retard;
  • Tu prends trop de tâches sans vérifier si tu es disponible pour les accomplir;
  • Tu mènes plusieurs projets en même temps, sans prioriser les plus pressants;
  • Tu gères difficilement la paperasse et tes budgets;
  • Tu es désordonné à l'école, au bureau ou à la maison.

Hyperréactivité émotionnelle :

  • Tu réagis intensément aux évènements, tu te fâches facilement;
  • Tu te plains d'être hypersensible;
  • Tu t'ennuies dans la routine;
  • Tu as une faible estime de soi;
  • Tu as l'impression d'être inadéquat, d'être moins bon, tu anticipes tes échecs.

Impulsivité :

  • Tu sens que tu dois faire un effort pour te « freiner » avant d'agir ou de parler impulsivement;
  • Tu prends des décisions impulsives sans toujours réfléchir à toutes les conséquences potentielles de celles-ci;
  • Tu ne tolères pas l'attente, tu as peu de patience;
  • Tu es rapide, distrait et impulsif au volant.

Il est important de noter que cette liste est présentée à titre informatif seulement. Elle ne permet, en aucun cas, d'établir un diagnostic et ne remplace pas la consultation professionnelle.

Si tu considères avoir certains de ces symptômes, il est prudent de consulter ton médecin de famille ou un psychologue pour faire une évaluation de ta situation et éviter toutes les conséquences importantes sur ta vie.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE DU TDAH?

Le TDAH est un trouble neurobiologique qui est, selon les hypothèses les plus plausibles, le résultat de l'interaction de facteurs neurochimiques, de facteurs génétiques, d'anomalies cérébrales et de facteurs environnementaux.

Facteurs biologiques :

  • Facteurs neurochimiques : Les études en neurobiologie révèlent que le TDAH pourrait être lié à un déséquilibre au niveau de certains messagers chimiques dans le cerveau. Ces messagers (la dopamine et la noradrénaline) permettraient aux neurones du cerveau de communiquer entre elles;
  • Facteurs génétiques : Il semblerait que le TDAH puisse être héréditaire. En effet, 57 % des enfants atteints du TDAH ont des parents qui sont eux aussi atteints du trouble. Les études portant sur les jumeaux font ressortir le rôle très important de la génétique dans le développement du trouble;
  • Anomalies cérébrales : Comparés aux personnes sans TDAH, les gens qui en sont atteints semblent avoir les aires préfrontales du cerveau plus petites. Ces aires du cerveau sont très impliquées dans l'autorégulation du comportement, des émotions et des idées, en plus d'être essentielles pour l'élaboration de stratégies et la résolution de problèmes.

Facteurs environnementaux :

  • Tabac : Il a été démontré que l'exposition au tabac en période prénatale augmente de deux fois le risque d'être atteint de TDAH chez les enfants exposés;
  • Substances psychoactives : Parmi les autres facteurs de risque, nous retrouvons l'exposition prénatale à l'alcool et aux drogues.

La majorité des adultes atteints de TDAH ont une condition psychiatrique en plus, d'où l'importance d'une évaluation psychiatrique approfondie. Les autres troubles (comorbidité) que l'on retrouve le plus souvent chez les personnes avec un TDAH incluent :

    • Le trouble dépressif majeur;
    • Les troubles anxieux (ex. : trouble d'anxiété généralisé, trouble de panique);
    • Les troubles liés à la prise de substances.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS POUR LE TDAH?

Il n'existe aucun traitement pour le TDAH (y compris les médicaments) qui peut assurer à lui seul de faire disparaître les symptômes. Il faut donc idéalement aborder le problème de façon multidisciplinaire, avec différents types de traitements pour améliorer un maximum de symptômes.

  • Psychoéducation : Cette intervention consiste à renseigner le patient et ses proches sur le TDAH. Elle leur permet de comprendre ses symptômes ainsi que de prendre des décisions éclairées sur son choix de traitement.
  • Compensation/coaching : Cette intervention vise à favoriser le développement des stratégies compensatoires qui permettent de compenser l'impact du TDAH au quotidien pour le client. Ces stratégies sont un ensemble de techniques qui ciblent les symptômes et les manifestations du TDAH. Elles se retrouvent dans certains livres spécialisés ou peuvent être apprises avec l'aide d'un intervenant expert en TDAH.
  • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Cette intervention vise à réduire les symptômes fréquemment associés avec le TDAH, tels que les symptômes anxieux ou dépressifs.
  • Psychothérapie interpersonnelle : La psychothérapie interpersonnelle peut aider à réduire les symptômes dépressifs associés au TDAH.
  • Thérapie par remédiation cognitive : La remédiation cognitive, un type de thérapie cognitive, vise à remédier aux difficultés cognitives associées au TDAH, telles que le manque d'organisation, les oublis fréquents et les difficultés à se réguler.
  • Adaptation et accommodation de l'environnement : Ce type d'intervention vise à promouvoir l'adaptation de la personne atteinte de TDAH en adaptant ou accommodant l'environnement de celle-ci à ses besoins particuliers. Parfois, les exigences du milieu dépassent les capacités d'adaptation de la personne et il faut remettre en question la convenance du milieu.
  • Traitement pharmacologique : Ce type d'intervention vise la rééquilibration du débalancement de messagers chimiques dans le cerveau. Les médicaments utilisés pour traiter le TDAH sont des psychostimulants. Ils aident à réduire les symptômes de TDAH et à permettre aux autres formes de traitement d'être plus efficace.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DU TDAH?

Voici quelques conséquences liées au TDAH :

  • Difficultés mentales : Les adultes souffrant de TDAH ont des difficultés dans différentes tâches qui utilisent le fonctionnement mental. Par exemple, ces personnes ont de la difficulté à maintenir leur concentration sur une longue période de temps, à porter attention à deux sources d'information à la fois et à planifier des stratégies de résolution de problèmes;
  • Difficultés conjugales : Ces personnes ont tendance à avoir plus de difficultés à garder des relations amoureuses. Les personnes atteintes de TDAH ont un plus haut taux de divorce et séparation que les personnes qui ne sont pas atteintes;
  • Difficultés professionnelles : Ces personnes ont des difficultés à trouver et à garder des emplois. Elles ont souvent moins de motivation et procrastinent plus que les gens non atteints du trouble;
  • Sommeil : Les personnes atteintes de TDAH ont souvent des difficultés de sommeil;
  • Estime de soi : Ces personnes ont tendance à avoir une faible estime de soi;
  • Accidents : Ces personnes ont plus de chances d'avoir des accidents d'automobile;
  • Sexualité : Ces personnes ont plus de risques de contracter une infection transmissible sexuellement;
  • Criminalité : Les personnes atteintes d'un TDAH ont un plus haut taux de criminalité que les personnes non atteintes.

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (5th ed.). Arlington, VA: American Psychiatric Publishing.

Biederman, J., E. Mick, and S.V. Faraone (2000). « Age-dependent decline of symptoms of attention deficit hyperactivity disorder: impact of remission definition and symptom type ». The American journal of psychiatry, 157(5): p. 816-818.

Biederman, J., et al., (1995). « High risk for attention deficit hyperactivity disorder among children of parents with childhood onset of the disorder: a pilot study ». The American journal of psychiatry, 152(3): p. 431-435.

Biederman, J., et al., (1993). « Patterns of psychiatric comorbidity, cognition, and psychosocial functioning in adults with attention deficit hyperactivity disorder ». The American journal of psychiatry, 150(12): p. 1792-8.

Goodman, D.W., « The Consequences of Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder in Adults ». Journal of Psychiatric Practice, 2007. 13(5): p. 318-327.

Kessler, R. C., Adler, L., Barkley, R., Biederman, J., Conners, C. K., Demler, O., et al. (2006). « The prevalence and correlates of adult ADHD in the United States: results from the National Comorbidity Survey Replication ». The American journal of psychiatry, 163(4), 716-723.

Langley, K., et al., « Maternal smoking during pregnancy as an environmental risk factor for attention deficit hyperactivity disorder behaviour. A review ». Minerva pediatrica, 2005. 57(6): p. 359-371.

McGough, J.J., et al., « Psychiatric comorbidity in adult attention deficit hyperactivity disorder: findings from multiplex families ». The American journal of psychiatry, 2005. 162(9): p. 1621-7.

Safren, S. A., Otto, M. W., Sprich, S., Winett, C. L., Wilens, T. E., & Biederman, J. (2005). « Cognitive-behavioral therapy for ADHD in medication-treated adults with continued symptoms ». Behaviour research and therapy, 43(7), 831-842.

Seidman, L., et al., « Dorsolateral prefrontal and anterior cingulate cortex volumetric abnormalities in adults with attention-deficit/hyperactivity disorder identified by magnetic resonance imaging ». Biological Psychiatry, 2006. 60(10): p. 1071-1080.

Vincent, A. (2010). Mon cerveau a encore besoin de lunettes : le TDAH chez l'adulte. Montréal, Qc : Les éditions Québecor.

Woods, S.P., D.W. Lovejoy, and J.J.D. Ball, « Neuropsychological characteristics of adults with ADHD: a comprehensive review of initial studies ». The clinical neuropsychologist, 2002. 16(1): p. 12-34.

PARTAGER