Soutien social et familial

Quels sont les liens qui existent entre le soutien social et familial d'une personne et sa santé mentale?

Tu as probablement remarqué que ta famille et tes amis t'ont énormément influencé au cours de ta vie. Cette influence transparait à travers de petites choses, telles que les expressions que tu utilises, les intérêts que tu as, la nourriture que tu manges et le genre de films que tu aimes. Leur influence a aussi joué un rôle prépondérant sur ta santé mentale; la qualité du soutien familial et social est donc un facteur très important à considérer.

Soutien familial
Les parents ont pour responsabilité de permettre à leur enfant de se développer sainement, non seulement en comblant ses besoins matériels (ex. : le nourrir, l'habiller, etc.), mais aussi en comblant ses besoins psychologiques (ex. : affection, amour, encadrement). Un manque de soutien familial, pour différentes raisons, a des effets néfastes sur la santé mentale des enfants.

Voici quelques caractéristiques des familles qui, selon plusieurs études scientifiques rigoureuses, ont des effets positifs sur la santé mentale de leurs enfants :

  • Plusieurs études ont révélé que le bien-être émotionnel, psychologique et social est lié aux nombres de fois qu'une famille partage un repas ensemble par semaine. Cela s'explique par le fait que les repas familiaux sont un moment idéal pour les parents pour discuter avec les enfants, les encourager et même les superviser, si ceux-ci ont un tempérament difficile. Il est aussi intéressant de noter que plus les repas familiaux sont fréquents, moins les enfants sont à risque d'avoir des comportements délinquants.
  • Selon plusieurs études, lorsque les parents ont des emplois avec un horaire adapté à leur vie de famille, leurs enfants ont moins de risques de développer des troubles mentaux et d'être mésadaptés socialement.
  • Les pères engagés dans la vie de famille, responsables et accessibles favorisent le développement d'un bien-être psychologique chez leurs enfants.
  • Les jeunes adultes qui ont des familles impliquées dans le traitement de leurs troubles mentaux se rétablissent mieux et plus rapidement que ceux qui n'ont pas accès à un tel soutien familial. Cette implication permet de rapprocher les membres d'une famille et leur permet de développer des relations durables et saines.

Cela est important, puisqu'en cas de besoin, les premières personnes auxquelles font appel les jeunes atteints de troubles de santé mentale sont les membres de leurs familles.

  • Lorsqu'une personne suit un traitement dans un hôpital psychiatrique, son rétablissement est accéléré lorsque sa famille l'appelle souvent et envoie des messages d'encouragement. Cela améliore aussi son estime de soi et sa confiance en soi.

Il faut garder à l'esprit que d'autres facteurs jouent dans le développement de troubles mentaux. Par conséquent, même si une personne a une famille qui est présente et qui la soutient dans le meilleur de ses capacités, elle peut développer une maladie mentale. Néanmoins, sa famille s'avèrera être un outil important dans la voie de la guérison.

Si tu souffres, n'hésite pas à en parler à ta famille. Ils t'offriront du soutien sans juger et t'aideront à trouver les ressources adaptées à tes besoins. C'est possible que tes parents aient remarqué que tu vas mal, mais qu'ils n'ont pas réussi à aborder ce sujet délicat avec toi par peur de te blesser ou t'insulter. N'hésite pas à t'ouvrir à eux, ils représentent un soutien précieux.

Familles à risque
Il existe malheureusement des environnements familiaux qui augmentent les risques qu'une personne développe des troubles mentaux, et ce, dès son enfance, à l'adolescence ou à l'âge adulte.

Voici quelques exemples d'environnements familiaux malsains, ainsi que les conséquences négatives qu'ils peuvent engendrer :

  • Des relations froides et négligentes entre les membres de la famille, ainsi que des conflits familiaux ouverts caractérisés par des échanges agressifs et coléreux, augmentent les risques que l'enfant développe des troubles de comportement, des troubles émotionnels ou des problèmes d'adaptation au cours de sa vie.
  • Des enfants qui subissent des abus physiques ou sexuels ont de plus grands risques de développer un trouble mental, tels la dépression, un trouble anxieux, un trouble alimentaire ou du stress post-traumatique.
  • Avoir un parent qui souffre d'une dépression augmente les risques de développer des troubles de comportement, d'avoir des problèmes émotionnels et d'avoir des difficultés d'adaptation.
  • Avoir un membre de la famille qui est allé en prison augmente les risques qu'un individu commette des actes illégaux et se retrouve aussi en prison. 

Il est très important de se rappeler que, malgré le fait que l'exposition aux environnements familiaux présentés ci-dessus augmente les risques qu'une personne développe des troubles mentaux et psychosociaux, il est toutefois possible que cette même personne soit en bonne santé mentale sans développer de séquelles psychologiques.  

Soutien social
Lorsqu'on parle de soutien social, on parle du soutien psychologique et matériel qu'une personne reçoit de la part de son entourage (ex. : amis, collègues de travail, groupes de soutien, groupes religieux, etc.).

D'autres travaux de recherche ont montré que le soutien social a des effets protecteurs contre le développement de troubles mentaux, particulièrement contre la dépression. Enfin, il est intéressant de noter qu'un large réseau social a des effets protecteurs contre le stress et permet donc d'avoir un meilleur système immunitaire.

Voici des exemples spécifiques des effets positifs d'un bon soutien social :

  • Les amitiés sont une source de soutien social qui prend de l'importance alors que les années avancent. Un enfant passe beaucoup de temps avec ses parents, mais plus il vieillit, plus il consacre son temps à ses amitiés et moins à ses parents. Cela est particulièrement vrai à l'adolescence. Comme l'indiquent plusieurs études, les personnes atteintes de troubles mentaux se tournent vers leurs amis en premier pour obtenir de l'aide. 
  • Le mariage est une forme de soutien social qui a été étudiée rigoureusement. Une étude a démontré que les personnes qui se mariaient et restaient mariées avaient des taux de dépression et des taux d'alcoolisme plus bas que les personnes célibataires. Enfin, d'autres études ont indiqué que le mariage a un effet protecteur sur la santé mentale des membres du couple.
  • Les groupes religieux offrent aussi du soutien social important. Des études effectuées sur des personnes en traitement pour toxicomanie ont montré que les personnes ayant une foi religieuse et ayant le soutien de leur communauté religieuse étaient plus optimistes, se sentaient soutenues, avaient plus de résilience et d'estime de soi, et rapportaient de plus bas niveaux d'anxiété, de dépression et de suicide que ceux qui ne faisaient pas partie d'une communauté religieuse.

Il est donc important de te rappeler l'importance des gens dans ta vie, que ce soit tes parents, tes frères et sœurs, tes oncles, tantes ou grands parents, tes amis, ton professeur préféré, chacun d'eux à le potentiel d'être une source importante de soutien pour toi.

Si tu te sens isolé et perdu, si tu as besoin de réconfort et de parler, n'hésite pas à contacter ceux que tu connais déjà. Sans ton invitation et ton ouverture, ils ne peuvent s'avoir ce qui se passe en dedans et ce qui te tourmente. Par contre, c'est eux qui te connaissent le mieux et qui peuvent t'apporter le soutien, l'amour et l'écoute que tu as besoin pour tenter de trouver les pistes de solutions à ce qui tu vis.

Demande-leur de t'écouter sans jugement et sans critique. Demande-leur de te recevoir tel que tu es, dans ta fragilité, dans ton questionnement. N'ai pas honte de demander leur aide et leur soutien, si nécessaire, ils pourront te guider vers les bonnes ressources professionnelles qui pourront t'aider.

 

Références
Dalgard, O. S., Bj, S. & Tambs, K. (1995). « Social support, negative life events and mental health ». The British Journal of Psychiatry, 166(1), 29-34.
De Vaus, D. A. (2002). « Marriage and mental health ». Family Matters, (62), 26-32.
Elgar, F. J., Craig, W. & Trites, S. J. (2013). « Family dinners, communication, and mental health in Canadian adolescents ». The Journal of adolescent health: official publication of the Society for Adolescent Medicine, 52(4), 433-438.
Evans, D. L. et collab., (2005). Treating and preventing adolescent mental health disorders: What we know and what we don't know: A research agenda for improving the mental health of our youth. New York, NY : Oxford University Press.
Horwitz, A. V., White, H. R. & Howell-White, S. (1996). « Becoming married and mental health: A longitudinal study of a cohort of young adults ». Journal of Marriage and the Family, 5, 895-907.
Kellam, S. G., Ensminger, M. E. & Turner, R. J. (1977). « Family structure and the mental health of children: Concurrent and longitudinal community-wide studies ». Archives of General Psychiatry, 34(9), 1012-1022.
Pardini, D. A., Plante, T. G., Sherman, A. & Stump, J. E. (2000). « Religious faith and spirituality in substance abuse recovery: Determining the mental health benefits ». Journal of substance abuse treatment, 19(4), 347-354.
Repetti, R. L., Taylor, S. E. & Seeman, T. E. (2002). « Risky families: family social environments and the mental and physical health of offspring ». Psychological bulletin, 128(2), 330-338.
Riley, A. et collab. (2009)… « Mental health of children of low-income depressed mothers: influences of parenting, family environment, and raters ». Psychiatric Services, 60(3), 329-336.
Riordan, D. V., Morris, C., Hattie, J. & Stark, C. (2012). « Family size and perinatal circumstances, as mental health risk factors in a Scottish birth cohort ». Social psychiatry and psychiatric epidemiology, 47(6), 975-983.
)Robst, J. et collab. (2013)… « Characteristics related to family involvement in youth residential mental health treatment ». Children and Youth Services Review, 35(1), 40-46.
Rutter, M. (2005). « How the environment affects mental health ». The British Journal of Psychiatry, 186(1), 4-6.
Strazdins, L., O'Brien, L. V., Lucas, N. & Rodgers, B. (2013). « Combining work and family: Rewards or risks for children's mental health? ». Social Science & Medicine, 87(2), 99-107.
Whiteman, S. D., Barry, A. E., Mroczek, D. K. & MacDermid Wadsworth, S. (2013). « The development and implications of peer emotional support for student service members/veterans and civilian college students ». Journal of counseling psychology, 60(2), 265-278.
Yoshikawa, H. (1994). « Prevention as cumulative protection: effects of early family support and education on chronic delinquency and its risks ». Psychological bulletin, 115(1), 28-54.