Schizophrénie

QU'EST-CE QUE LA SCHIZOPHRÉNIE?

Le terme schizophrénie signifie « esprit divisé ». Son nom lui a été accordé puisqu'une des caractéristiques de la schizophrénie est la discordance et l'incohérence des symptômes entre eux. Ainsi, il semblerait que les personnes atteintes soient confuses entre ce qui appartient au monde interne (soi-même) et au monde externe. Il peut alors être difficile pour elles de distinguer la réalité des peurs ou fantasmes.

La schizophrénie est accompagnée de trois types de symptômes : les symptômes positifs, les symptômes négatifs et les symptômes désorganisés. Les symptômes positifs impliquent un excès ou une distorsion de la norme, alors que les symptômes négatifs impliquent une perte ou une diminution du fonctionnement « normal ». Les symptômes désorganisés impliquent une rupture dans la pensée.

Les principaux symptômes positifs de la schizophrénie sont :

  • Les hallucinations : percevoir quelque chose qui n'existe pas, tel qu'entendre quelqu'un nous parler alors qu'il n'y a personne;
  • Les idées délirantes : avoir des pensées bizarres, invraisemblables.

Les principaux symptômes négatifs de la schizophrénie sont :

  • L'anhédonie : impossibilité de ressentir du plaisir;
  • L'aboulie : perte de motivation, difficulté à concrétiser une action;
  • L'apragmatisme : incapacité d'agir.

Les principaux symptômes désorganisés sont :

  • Désorganisation du discours :
    • Coq-à-l'âne : passe d'un discours à un autre sans lien apparent;
    • Néologismes : invention de mots qui ne semblent pas liés entre eux;
    • Persévérations : répétition non nécessaire de mots ou groupes de mots;
    • Glossomanie : association de mots par rimes;
    • Barrages : interruption spontanée de ce que la personne dit.
  • Désorganisation de la pensée : incapacité de prendre l'environnement dans lequel il se trouve en considération lorsqu'il agit, tel que rire lors de funérailles.

La schizophrénie, c'est un ensemble de symptômes, présents pendant plusieurs mois, qui se manifestent dans diverses sphères de la vie et qui affectent de façon négative et importante le fonctionnement. Ce trouble atteint la vie sociale, émotionnelle, professionnelle, scolaire, personnelle et entraine souvent un dysfonctionnement dans le domaine de la pensée, du langage, de la perception, de la mémoire, de la volonté, et ainsi de suite. Pour une personne avec une schizophrénie, il peut être difficile de développer des relations, de terminer sa scolarité et d'être autonome.

Ce trouble est rencontré de façon égale partout dans le monde et est aussi commun chez les hommes que chez les femmes. Dans certains cas, la schizophrénie se développe de manière soudaine. Dans d'autres cas, elle peut commencer graduellement par certains épisodes de psychose pour devenir une schizophrénie.

Malheureusement, la schizophrénie est teintée de connotations négatives et de stigmatisme. Le diagnostic peut s'avérer difficile à entendre et dure pour les personnes environnantes. Toutefois, un diagnostic précoce et un soutien adéquat de la part de l'environnement peuvent grandement influencer l'impact que le trouble aura sur la vie de la personne qui en ait atteinte.

Il faut toujours prendre en considération la culture d'une personne, puisque ce qui peut paraitre particulier pour une culture peut être la norme dans une autre. Ainsi, certains rituels ou pratiques religieuses impliquent de parler avec des « esprits » ou « forces surnaturelles » qui pourraient être mésinterprétés comme étant un symptôme de schizophrénie.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE LA SCHIZOPHRÉNIE?

Les symptômes typiques de la schizophrénie sont les suivants :

  1. Tu as des hallucinations (ex. : tu entends des voix te parler);
  2. Tu as des idées délirantes (ex. : tu es persuadé qu'on t'espionne, que quelqu'un veuille te faire du mal ou te persécuter);
  3. Ton discours est désorganisé (ex. : tu as de la difficulté à communiquer tes pensées, tu sautes d'un thème à un autre pour aucune raison);
  4. Tu trouves cela difficile d'arrêter de parler;
  5. Tu as de la difficulté à contrôler ton comportement ou tes gestes (tes mouvements peuvent aussi être désorganisés);
  6. L'intensité de tes émotions peut être très grande ou très petite;
  7. Tu as de la difficulté à parler, à trouver tes mots;
  8. Tu trouves ça difficile de commencer une action ou changer un comportement.

Il est important de noter que cette liste est présentée à titre informatif seulement. Elle ne permet, en aucun cas, d'établir un diagnostic et ne remplace pas la consultation professionnelle.

Si tu considères avoir certains de ces symptômes, il est prudent de consulter ton médecin de famille ou un psychologue pour faire une évaluation de ta situation et éviter toutes les conséquences importantes sur ta vie.

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE DE LA SCHIZOPHRÉNIE?

Les facteurs de risque de la schizophrénie sont multiples :

Facteurs biologiques :

  • Hérédité : Avoir un parent atteint de schizophrénie met l'enfant 10 fois plus à risque de le développer également;
  • Anomalies neurochimiques : Une trop grosse présence du neurotransmetteur de dopamine est liée au développement de la schizophrénie;
  • Anomalies structurales cérébrales : Des anomalies dans la structure cérébrale de l'hippocampe seraient liées à la schizophrénie;
  • Prise de substances psychoactives : Certaines substances psychoactives, notamment la marijuana, sont en lien avec le déclenchement de la schizophrénie.

Facteurs environnementaux :

  • Facteurs prénataux : Les complications à l'accouchement qui causent un manque d'oxygène sont en lien avec le développement de la schizophrénie;
  • Stress psychosociaux : Les stress quotidiens, tels que les problèmes relationnels, pression de performance à l'université, etc., sont en lien avec le développement de la schizophrénie;
  • Facteurs familiaux : Les enfants qui ont des familles ayant des communications vagues, obscures et ambigües ainsi qu'une faible expression d'émotions sont plus à risque de développer la schizophrénie.

QUELS SONT LES TRAITEMENTS DE LA SCHIZOPHRÉNIE?

Le traitement idéal pour les personnes atteintes d'une schizophrénie implique une détection précoce de la problématique et une intervention multidisciplinaire qui intègre les thérapies pharmaceutiques, médicales, individuelles, familiales, psychosociales et éducationnelles. Une détection précoce d'épisode de psychose peut également grandement améliorer le développement du trouble.

Traitement psychopharmacologique :

  • Antipsychotiques : Les médicaments utilisés pour aider avec les symptômes de la schizophrénie se nomment des antipsychotiques. Ils visent à rétablir les niveaux de neurotransmetteurs dans le système, particulièrement au niveau de la dopamine. Ces médicaments contribuent surtout à atténuer les symptômes « positifs » de la schizophrénie. Ces traitements ne semblent pas avoir autant d'impact sur les symptômes « négatifs ». Les effets secondaires des antipsychotiques sont généralement sévères.

Traitement psychosocial :

  • Intervention psychoéducative : Cette intervention vise à informer la personne qui souffre du trouble et les membres de son environnement immédiat des implications du trouble;
  • Programmes intégratifs de thérapies psychologiques pour schizophrénie : Cette intervention vise surtout à permettre la réinsertion sociale des personnes atteintes de schizophrénie. Ce type d'intervention inclut l'entrainement d'habiletés sociales, l'apprentissage des bonnes perceptions sociales, telles qu'apprendre à bien interpréter les situations, l'apprentissage d'une communication efficace, la gestion d'émotion et la résolution de problèmes. Les différents aspects de cette thérapie peuvent se faire individuellement ou en groupe.

Les résultats les plus prometteurs impliquent une combinaison des différents types de traitements.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE LA SCHIZOPHRÉNIE?

La schizophrénie peut avoir plusieurs conséquences dans maintes sphères de la vie. La schizophrénie affecte le fonctionnement cognitif, affectif, social et parfois même physique 

  • Éducation : Il est alors fréquent que les personnes atteintes du trouble ne puissent pas terminer leur scolarité parce que leurs symptômes sont trop forts;
  • Emploi : Ces individus ont souvent de la difficulté à garder un emploi à long terme;
  • Relations sociales : Les personnes atteintes de schizophrénie ont parfois plus de difficulté à établir des relations sociales. Ces personnes peuvent souvent se sentir très seules. En effet, la plupart des personnes atteintes d'une schizophrénie ont un réseau social réduit et la majorité ont de la difficulté à entretenir des relations à long terme;
  • Émotions : Les personnes atteintes du trouble peuvent perdre leur curiosité et leur sens du  plaisir, des symptômes qui peuvent s'apparenter à la dépression. C'est parfois ces symptômes qui alertent l'entourage des personnes souffrant de schizophrénie puisqu'elles essayent souvent de cacher leurs symptômes positifs aux autres;
  • Alimentation : Le trouble peut avoir des impacts importants sur l'alimentation. Par exemple, les personnes atteintes peuvent avoir plus ou moins faim que d'habitude, peuvent avoir peur de manger, peuvent ne manger qu'un seul aliment, etc.;
  • Hygiène : Les personnes atteintes du trouble peuvent changer leur hygiène corporelle (trop ou trop peu se laver), parfois en conséquence du manque de motivation ou en lien avec les hallucinations ou les idées délirantes;
  • Santé : Le trouble peut aussi avoir des conséquences sur la santé physique de la personne qui en est atteinte. La durée de vie des personnes atteinte d'une schizophrénie est souvent plus courte que la norme. Cela peut être lié à des complications physiques, des maladies;
  • Itinérance : Étant donné que les personnes schizophrènes se retrouvent souvent dans la rue et ont donc peu d'accès aux ressources nécessaires pour maintenir une hygiène adéquate, elles peuvent développer plus fréquemment des maladies cardiaques;
  • Suicide : La schizophrénie augmente le risque de faire une tentative de suicide (10 % le font et 20 à 40 % font au moins une tentative).

Le fait de se rendre compte qu'on est atteint d'une psychose influence l'évolution du traitement, les hospitalisations, le fonctionnement psychosocial, les rechutes et les rémissions (plus on en est conscience, plus l'évolution est favorable).

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual for Mental disorders, Fifth Edition. Washington, DC : American Psychiatric Association.

Chabrol, H. (2011). Traité de psychopathologie clinique et thérapeutique de l'adolescent. Paris: Dunod.

Fleischhacker, W., Arango, C., Barnes, T., Carpenter, W., Duckworth, K., Galderisi, S., et al. (2014). La schizophrénie : Un appel à l'action auprès des décisionnaires. Oxford PharmaGenesis.

Nevid, J., Rathus, S. & Greene, B. (2011). Psychopathologie (M. Huberdeau, M. Chevrier, L. Blanchette, & N. Cormier, Trans.). Upper Saddle River, NJ: Pearson.

PARTAGER