Le système Québécois

Comment naviguer le système de santé du Québec?

Le domaine de la santé mentale au Québec est basé sur un système à trois niveaux. Si tu veux avoir recours à des services en santé mentale, il peut t'être utile de comprendre brièvement comment le système fonctionne, pour savoir par où commencer les démarches pour consulter un professionnel.

  • LA PREMIÈRE LIGNE : Tout le monde ayant besoin de services en santé mentale passe d'abord par la première ligne. C'est la porte d'entrée dans le monde de la santé mentale, mais aussi dans le domaine de la santé physique et générale. Par exemple, dans le système de santé publique, il s'agit des urgences dans les hôpitaux, des centres de santé et de services sociaux (CSSS, anciennement les CLSC) et des médecins de famille.
  • En première ligne, il y a une multitude de professionnels de la santé qui peuvent te donner les soins dont tu as besoin, tels que travailleurs sociaux, nutritionnistes, médecins de famille, psychologues. Une fois que tu te seras présenté à la première ligne, tu seras recommandé à l'un ou l'autre de ces professionnels selon ta situation.
  • Au Québec, le médecin de famille est favorisé pour traiter les problèmes reliés aux troubles de santé mentale mineurs. Dans le cas où tu souffres d'une condition pouvant être traitée par la première ligne, tu seras dirigé vers un médecin compétent ou un professionnel de la santé mentale pour une psychothérapie.
  • Le système public est en grande réorganisation et les services en santé mentale sont souvent débordés avec de longues listes d'attente; il ne faut pas se décourager, mais plutôt s'armer de patience.  
  • Même si tu ne te sens pas très bien, n'oublie pas de partager ce que tu ressens à l'intérieur de toi de façon détaillée : plus tu partages d'information sur ta condition, plus tu auras de chance d'obtenir les bons soins et les bons traitements. Insiste pour obtenir un suivi ou des soins pour t'aider à trouver des pistes de solution pour te sentir mieux.

Les réponses existent, mais il faut poser beaucoup de questions et demander l'aide dont on a besoin. Tu es une partie essentielle de la solution; plus tu t'impliques, plus tu auras de chances de trouver les solutions pour te sentir mieux.

Si tu t'inquiètes par rapport à tes idées noires et les répercussions qu'elles peuvent avoir sur ta vie quotidienne (sur ton sommeil, tes relations, ton appétit, etc.) :

  • Dans un cas d'urgence, tu peux te rendre à l'urgence de l'hôpital de ton quartier où tu pourras recevoir l'évaluation appropriée et ultimement les soins nécessaires. Une fois admis, tu seras recommandé au niveau le plus apte à te donner les soins dont tu as besoin.
  • Si ta vie est en danger, appelle le 911. Il ne faut pas courir de risque, la vie est si précieuse! N'oublie pas que ta vie et ta santé est importante pour ta famille et tes amis.
    • Tu peux te présenter au CSSS de ton quartier, à la clinique sans rendez-vous où tu pourras consulter un médecin.
    • Tu peux consulter ton médecin de famille en tout temps; il saura te référer pour une évaluation plus en profondeur et il est en mesure de prescrire des médicaments, si nécessaire.

Les services privés sont souvent plus accessibles que le système public, mais il te sera nécessaire de débourser un montant pour payer ces ressources. Si tu en as les moyens, tu peux faire affaire avec les cliniques de santé privées de psychologie pour t'aider à trouver des réponses à tes questions.

Tu peux consulter notre bottin de professionnels pour trouver qui pourra t'accompagner dans ta quête de solution.

Par exemple, si tu souhaites entreprendre une thérapie pour surmonter une phobie, de l'anxiété ou des sautes d'humeur, tu peux faire appel aux services d'un psychologue qui travaille spécifiquement sur ta problématique dans sa clinique privée.

  • LA DEUXIÈME LIGNE : À ce niveau, les soins se spécialisent. On parle, par exemple, des centres de réadaptation ou des cliniques externes en psychiatrie. Pour avoir accès à un service de deuxième ligne, il faut être référé par un médecin urgentologue ou un médecin de famille.
    • Par exemple, quelqu'un qui a fait une tentative de suicide et s'est retrouvé aux urgences sera recommandé par le médecin des urgences à un psychiatre qui assurera un suivi avec le patient.
    • Par exemple, tu as vu un médecin au CSSS et il a évalué ta consommation de drogues ou d'alcool comme étant problématique et il t'a ensuite recommandé à un centre de réadaptation en dépendances, spécialisé pour t'aider à traiter précisément tes problèmes de consommation.
  • LA TROISIÈME LIGNE : Les soins à ce niveau sont très spécialisés. La troisième ligne se concentre sur des troubles mentaux graves et souvent très complexes. Pour y avoir accès, il faut être référé par un psychiatre de deuxième ligne.

À ce niveau, certains hôpitaux spécialisés dans les conditions de santé mentale requièrent la référence d'un psychiatre.

Afin de visualiser comment naviguer dans le système, nous t'invitons à jeter un coup d'œil à cette image qui relève, les différentes trajectoires possibles.

Il est important de savoir que les trois niveaux sont intimement interreliés et que chaque niveau a sa compétence. Une fois dans le système et qu'un diagnostic a été émis, les spécialistes dédiés à une condition seront en mesure de faire le suivi nécessaire.

PARTAGER