L'anorexie

QU'EST-CE QUE L'ANOREXIE MENTALE?

L'anorexie mentale est un trouble alimentaire caractérisé par le souci de la minceur et par la peur excessive de prendre du poids, et ce, peu importe la taille réelle, car la perception du corps est souvent altérée.

Les personnes affectées par ce trouble ont peur de prendre du poids et éprouvent un sentiment d'anxiété, de honte, d'angoisse et de dégout envers elles-mêmes. Elles s'empêchent de manger, ou mangent très peu, même lorsqu'elles ont très faim.

De plus, lorsqu'elles pensent qu'elles ont trop mangé, elles vivent cela comme un échec et, afin d'éviter de prendre du poids, elles font de l'exercice intensif, utilisent des laxatifs ou se font vomir.

La malnutrition et la perte de poids excessive peuvent avoir de nombreuses conséquences sur leur corps qui sont dangereuses (ex. : arrêt des menstruations, jaunissement des dents, problèmes cardiaques) et parfois même mortelles.

Il existe des causes médicales qui peuvent induire une anorexie, ou perte d'appétit et dégout envers la nourriture, sans que la personne ait envie de perdre du poids. Toutefois, cette section se concentrera uniquement sur l'anorexie de nature psychologique, soit l'anorexie mentale.

QUELS SONT LES SYMPTÔMES DE L'ANOREXIE MENTALE?

Voici une liste de symptômes typiques de l'anorexie :

  • Ton poids est à moins de 85 % de ton poids normal;
  • Tu es incapable de prendre la nourriture nécessaire à ta croissance;
  • Tu as une peur intense de prendre du poids ou d'être gras, peu importe ta taille réelle;
  • La façon dont tu vois ta taille, ton poids ou ta forme corporelle est altérée;
  • Ton poids ou la forme de ton corps influence presque entièrement ton estime personnelle;
  • Tu dénies ta maigreur;
  • Tu ne vois pas les liens entre ta perte de poids ou ton alimentation insuffisante avec tes problèmes de santé;
  • Ton cycle menstruel est affecté et l'arrêt des menstruations (aménorrhée) est également possible;
  • Afin de perdre du poids, tu as recours :
    • aux vomissements, aux laxatifs ou autres comportements purgatifs;
    • à la restriction alimentaire (ex. : diète);
    • à de l'exercice intensif ou autres activités physiques intenses;
    • à des drogues.

Il est important de noter que cette liste est présentée à titre informatif seulement. Elle ne permet, en aucun cas, d'établir un diagnostic et ne remplace pas la consultation professionnelle.

Si tu considères avoir certains de ces symptômes, il est prudent de consulter ton médecin de famille ou un psychologue pour faire une évaluation de ta situation et éviter toutes les conséquences importantes sur ta vie. 

QUELS SONT LES FACTEURS DE RISQUE DE L'ANOREXIE MENTALE?

Les troubles de l'alimentation, comme l'anorexie mentale, sont causés par une combinaison de plusieurs facteurs biologiques, sociaux et psychologiques. Voici quelques-uns des principaux facteurs de risque :

Facteurs biologiques :

  • L'hérédité : Plusieurs personnes qui souffrent d'anorexie ont eu des parents qui avaient des problèmes de poids ou qui souffraient de dépression, d'anxiété ou de troubles de l'alimentation;
  • Le tempérament : Les personnes atteintes d'anorexie ont souvent eu des traits plus anxieux ou obsessifs que les autres pendant leur enfance.

Facteurs sociaux :

  • Le type d'emploi : Les personnes qui travaillent dans des milieux qui valorisent la minceur, tels que la mode ou les sports d'élite (ex. : gymnastique, ballet) sont plus à risque de développer une anorexie;
  • La société : Les jeunes qui vivent dans des sociétés dans lesquelles la minceur est plus valorisée, telles que le Canada et les États-Unis, sont plus à risque de développer une anorexie;
  • Les facteurs familiaux : Les personnes atteintes d'anorexie ont tendance à avoir plus de conflits avec leurs parents, ont ressenti moins de soutien pendant l'enfance ou se sentent surprotégées par ceux-ci;
  • La relation des parents avec la nourriture : Certaines études suggèrent que les personnes souffrant d'anorexie ont tendance à avoir des parents, particulièrement des mères, qui pensent que leurs enfants devraient perdre du poids et qui ont elles-mêmes des difficultés avec la nourriture.

Facteurs psychologiques :

  • L'insatisfaction corporelle : Les personnes qui développent l'anorexie sont généralement insatisfaites de leur apparence physique;
  • Le perfectionnisme : Il est commun que les personnes anorexiques aient tendance à se fixer des buts très élevés, et parfois même inatteignables.

Il arrive que l'on rencontre certaines psychopathologies associées avec l'anorexie (comorbidité), telles que :

  • Le trouble bipolaire;
  • Le trouble de la dépression majeure;
  • Les troubles anxieux, surtout le trouble obsessionnel-compulsif;
  • Les troubles liés à la prise de substances.

QUELS SONT LES TYPES DE TRAITEMENTS POUR L'ANOREXIE MENTALE?

L'anorexie mentale nécessite un traitement incluant habituellement un suivi médical ainsi que des consultations avec un psychologue et une nutritionniste, dans le but d'aider à retrouver un poids santé et de saines habitudes alimentaires. Dans certains cas, il est nécessaire d'hospitaliser la personne puisqu'elle risque de mourir.

  • Hospitalisation : L'hospitalisation, qui se fait dans un cadre assez rigide établi par l'équipe médicale, permet aussi une certaine coupure avec la famille, ce qui peut être bénéfique dans certains cas. Afin de sortir du centre hospitalier, il ne faut pas seulement qu'il y ait une prise de nourriture; il doit y avoir une prise de poids jugée satisfaisante.
  • Psychothérapie : L'hospitalisation est généralement accompagnée d'un suivi complémentaire en psychothérapie (individuelle, en groupe et familiale). La famille est souvent intégrée dans cette démarche thérapeutique (avec l'accord du patient) afin d'améliorer la dynamique familiale et également pour préparer la sortie de l'hôpital dans de bonnes conditions :
    • Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) : Cette thérapie vise à diminuer les comportements nocifs associés à l'anorexie, tels que compter les calories et se faire vomir, ainsi que les pensées négatives associées à l'anorexie, telles que « je suis gros, si je ne suis pas mince je serai laid »;
    • Thérapie de groupe : Cette thérapie vise à promouvoir le rétablissement de l'anorexie ainsi qu'à développer un groupe de soutien avec des personnes qui souffrent des mêmes difficultés;
    • Thérapie familiale : Cette intervention cherche à réorganiser le fonctionnement de la famille afin d'aider au rétablissement de la personne qui souffre.
  • Traitement psychopharmacologique : Les antidépresseurs sont parfois prescrits pour traiter l'anorexie et les symptômes qui y sont associés.

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE L'ANOREXIE MENTALE?

L'anorexie mentale peut avoir de nombreuses conséquences psychologiques et physiques qui peuvent être graves pour la santé. Voici quelques-unes des principales conséquences :

Conséquences psychologiques :

  • Isolation des autres et renfermement sur soi-même;
  • Perte du réseau social à cause de l'évitement;
  • Sensations de tristesse ou d'anxiété;
  • Diminution du désir sexuel;
  • Pensées suicidaires.

Conséquences physiques :
Une perte de poids associée à l'anorexie affecte le corps :

  • Les muscles (atrophie, faiblesse musculaire);
  • La peau sèche;
  • Le système hormonal (le cycle menstruel des filles peut être affecté et même provoquer l'arrêt des menstruations);
  • De l'anémie (déficience en fer);
  • Perte d'énergie et de la fatigue;
  • Tremblements, des vertiges et des maux de tête;
  • Difficulté à bien dormir et même faire de l'insomnie;
  • Pertes de mémoire et des troubles d'attention;
  • Constipation de façon chronique.

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual for Mental disorders, Fifth Edition. Washington, DC : American Psychiatric Association. 

Chabrol, H. (2011). Traité de psychopathologie clinique et thérapeutique de l'adolescent. Paris : Dunod.

Despinoy, M. (2010). Psychopathologie de l'enfant et de l'adolescent (2e éd.). Paris : Armand Colin.

Golden, R. N., Peterson, F. & Kramer, G. F. (2009). The Truth about Eating Disorders. Infobase Publishing.

Grilo, C. M. & Mitchell, J. E. (2010). The Treatment of Eating Disorders: A Clinical Handbook. New York, NY : The Guilford Press.

Nevid, J., Rathus, S. & Greene, B. (2011). Psychopathologie (M. Huberdeau, M. Chevrier, L. Blanchette & N. Cormier, Trans.). Upper Saddle River, NJ: Pearson.

PARTAGER