Approche cognitivo-comportementale

QU'EST-CE QUE L'APPROCHE COGNITIVO-COMPORTEMENTALE (TCC)?

Cette approche intègre les théories ainsi que les thérapies cognitives et comportementales. Elle emprunte au comportementalisme les théories sur l'apprentissage des comportements et au cognitivisme l'importance qu'ont les cognitions (le traitement mental de l'information).

C'est ce mélange de deux approches qui distingue la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) des autres types de thérapies. Selon la problématique et la préférence du client, certains thérapeutes vont pencher un peu plus du côté cognitiviste et d'autres du côté comportementaliste. Ce type d'intervention est particulièrement efficace pour les gens souffrant de troubles anxieux comme le trouble panique, le trouble anxieux généralisé (TAG) et l'état de stress post-traumatique.

Quel est l'objectif?

Le but de la thérapie cognitivo-comportementale est de remplacer les idées négatives et les comportements inadaptés du patient par des pensées et des réactions qui sont adaptées à la réalité dans laquelle il vit.

QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES DE LA TCC?

Il existe plusieurs types de thérapie cognitivo-comportementale (TCC). Le psychothérapeute cognitivo-comportemental travaille avec toi pour analyser tes comportements, tes habitudes et tes pensées et comprendre avec toi ce qui peut nuire à ton bien-être.

Vous travaillez ensuite ensemble à les remplacer par des comportements, habitudes et pensées plus adaptés. Il est possible qu'il te donne des travaux à faire à l'extérieur des séances pour que tu prennes conscience de tes pensées, de tes comportements et de tes émotions, et de la façon dont ils t'affectent dans différentes situations. Les séances sont généralement plus limitées en nombre et en durée. Les techniques utilisées sont basées sur la littérature scientifique et ont, la plupart du temps, une structure prédéfinie.

Certaines TCC consistent principalement à analyser la façon dont tu interprètes différentes situations spécifiques. Cela permet de comprendre la façon dont tu abordes et perçois ton environnement. Le thérapeute peut alors t'aider à prendre conscience de certaines distorsions cognitives que tu pourrais avoir (ex. : tu exagères toujours les conséquences d'une situation liée à ta confiance en pensant toujours au pire, et ce, peu importe quelles sont les réelles conséquences).

En effet, l'un des objectifs de la thérapie est d'essayer de retravailler et de modifier ta manière de penser par rapport aux situations qui se présentent. Cela peut t'aider à regarder une situation plus objectivement pour réduire l'émotion qui l'accompagne. On peut alors trouver une manière plus rationnelle de comprendre les situations difficiles. Le but est de s'assurer que tes pensées sont associées aux conséquences réelles et non aux idées que tu as créées concernant les conséquences possibles.

L'une des conséquences de la réorganisation des cognitions est la modification de nos comportements; si tes comportements changent, les personnes autour de toi vont elles aussi réagir différemment envers toi. Cela peut donc changer la situation entière et ton expérience sera elle aussi changée et améliorée.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA TCC

L'objectif de la thérapie cognitive de Beck est de restructurer les pensées inadéquates de manière à ce que celles-ci deviennent plus adéquates. Le thérapeute va aider le client à changer ses schémas et ses stratégies d'adaptation. Ensemble, le thérapeute et le client chercheront à trouver les schémas de pensées et les distorsions cognitives du client qui sont à la base de sa souffrance et leurs conséquences émotionnelles et comportementales.

Une attention particulière est mise sur la relation entre le thérapeute et le client. Les objectifs sont discutés ensemble et sont basés sur les buts du client. Changer les schémas se fait à travers des techniques comportementales, en renforçant une manière de penser adaptative ou en apprenant à maitriser certaines pensées et émotions associées.

On peut aussi travailler sa mémoire et son attention pour prendre conscience des autres aspects des situations que nous vivons. En effet, on retient souvent les mêmes aspects d'une situation, par automatisme. En remarquant des choses différentes, on peut modifier nos schémas préconçus. En modifiant notre manière de penser, les symptômes diminueront ou disparaitront, de même que la souffrance qui leur était associée. La technique utilisée dépend du thérapeute, de l'âge du client, de la demande du client ainsi que de son motif de consultation et de ses symptômes.

Le thérapeute TCC traite aussi les symptômes et les comportements qui sont extérieurs (les schémas et les distorsions étant internes) en utilisant des techniques issues de la théorie comportementale (ex. : la désensibilisation systématique, surtout utilisée pour traiter les phobies). Avec quelques modifications, elle peut être utilisée par les cognitivo-comportementalistes.

L'idée est d'exposer graduellement le client à des situations, des objets ou des idées qui lui causent une réaction déplaisante, que ce soit de l'anxiété, de la peur ou du dégoût. C'est une exposition graduelle, c'est-à-dire qu'on commence par ce qui cause le plus bas niveau d'anxiété et on augmente à mesure que le client s'habitue à ce stimulus. Lorsque le thérapeute juge que la personne est prête, il augmente l'intensité du stimulus.

L'exposition peut être purement intellectuelle; le client se représente dans la situation anxiogène. Elle peut aussi être réelle (in vivo), c'est-à-dire que l'on est alors vraiment en contact avec l'objet phobique.

En plus de la restructuration cognitive et de la désensibilisation systématique, plusieurs techniques sont aussi mises en place pour aider le client. Le thérapeute peut lui apprendre des techniques de méditation et de relaxation que le client utilisera tout en s'imaginant dans la situation anxiogène. Il peut aussi demander au patient de l'imiter, faire des jeux de rôle ou même l'exposer à ce qui lui fait peur dans la vie réelle. Par exemple, dans le cas d'une angoisse sociale, certains thérapeutes iront même faire l'épicerie avec leur client afin de l'aider à s'exposer à une situation qui le rend anxieux.

Le thérapeute peut aussi demander à son client d'écrire un journal expliquant le déroulement de ses journées, de remplir des questionnaires entre les séances ou d'effectuer certains exercices. Ces « devoirs » seront ensuite discutés pendant les séances. Le thérapeute apprendra aussi au client des techniques pour diminuer son stress et vivre avec ses symptômes.

En effet, cette approche suggère que nos cognitions et nos comportements s'influencent mutuellement. C'est donc en travaillant les deux de concert, comme un système dynamique, qu'on arrivera à les améliorer et à réduire les symptômes du client.

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

American Psychiatric Association. (2013). Diagnostic and Statistical Manual for Mental disorders, Fifth Edition. Washington, DC : American Psychiatric Association. 
Hunsley, J. & Lee, C. M. (2010). Introduction to clinical psychology: An evidence-based approach. John Wiley & Sons.

Myers, D. G. (2004). Exploring psychology. Macmillan.

Nevid, J., Rathus, S. & Greene, B. (2011). Psychopathologie (M. Huberdeau, M. Chevrier, L. Blanchette & N. Cormier, Trans.). Upper Saddle River, NJ: Pearson.

Société canadienne de psychologie. (2014). Prendre la décision de consulter un psychologue : à quoi s'attendre?. Document consulté le 19 octobre 2014, www.cpa.ca/publicfr/consulterunpsychologue/psychologuequoisattendre.

Société psychanalytique de Paris. (2014). Psychothérapie psychodynamique : quelques principes et analyseurs. Document consulté le 19 octobre 2014, www.societe-psychanalytique-de-paris.net/wp/?p=5923.

PARTAGER